OSEZ L'AVENTURE WAGNERIENNE

NOS PARTENAIRES

L'ACTUALITE WAGNERIENNE



Voir toutes les actualités Wagnerienne.

EVENEMENT 2017

Prochaine manifestation

Mardi 9 octobre 2018 à 19h00

"Wagner et les Leitmotive" par Yäel Hêche


Goethe - Institut de Lyon

18 rue François Dauphin 69002 Lyon

    Conférence co-produite avec la Société philarmonique de Lyon

      Le terme « Leitmotiv » est indissociable de Richard Wagner… qui pourtant ne l’appréciait pas. Qu’ils évoquent un personnage, un objet, un élément ou encore un sentiment, les leitmotivs donnent à chaque opéra du maître son profil sonore bien particulier. Beaucoup plus qu’un simple réseau de réminiscences thématiques, ils sont au cœur même du langage musical wagnérien. Le pianiste Olivier Gleizer, membre du Cercle Richard Wagner-Lyon et le musicologue Yäel Hêche nous retraceront les origines du leitmotiv, son rôle et son développement tout au long de la carrière de Wagner, pour ainsi mieux comprendre un aspect essentiel de cette musique.

      Yaël Hêche, musicologue suisse, est l’auteur du livre Richard Wagner et ses modèles français. Opéra-comique et tragédie lyrique sur le chemin du drame musical (2010). Il a collaboré au Dictionnaire encyclopédique Wagner (Actes Sud, 2010). Conférencier et auteur de nombreux articles pour des programmes de concerts et d’opéras ainsi que dans des revues musicales, il réunit aujourd’hui ses activités sous l’enseigne www.communiquerlamusique.ch. Il a été l’invité du Cercle Richard Wagner – Lyon à deux reprises, en 2015 (« Wagner et Meyerbeer »), puis en 2016 pour une conférence musicale « Autour de Wagner et Halévy »

Si vous êtes intéressé, vous pouvez nous écrire dans la rubrique Contact


Richard Wagner et la ville de Lyon

Par deux fois, en 1850 et en 1866, Richard Wagner s’est arrêté brièvement à Lyon.
En 1850, du 12 au 19 mai, il entreprit un voyage aller-et-retour entre la Suisse et Bordeaux qui devait marquer la fin de sa liaison aventureuse avec Jessie Laussot. Très pressé et trop excité à l’aller, il attendit le retour pour prendre le temps de visiter Lyon, en s’efforçant d’évoquer les scènes du siège et de la prise de la ville pendant la Convention. Quelques mois auparavant, Wagner avait lu le récit de ces événements dans L’Histoire des Girondins de Lamartine.
Seize ans plus tard, ce n’était plus la diligence mais le chemin de fer qui conduisit Wagner de Genève à Marseille. C‘est ainsi qu‘il fit halte à Lyon au soir du 22 janvier 1866. Dans le “Livre brun” où il notait ses confidences pour Cosima, il écrivit quelques lignes ce soir-là. Il était de mauvaise humeur ; Lyon lui parut une ville immense et sans âme et il s’en consola en contemplant le ciel étoilé. Au moins, cela nous indique qu‘il avait eu la chance de ne pas trouver le brouillard.
0n voit donc que les passages de Wagner entre Rhône et Saône sont des épisodes très courts et sans grande importance. Cependant, ce serait une grave erreur de penser que Lyon n’a joué aucun rôle dans la vie de Wagner. Je prétends même que notre ville a eu une influence non négligeable sur l’activité artistique du Maître. Il s’agit certes d’une influence indirecte et mon argumentation risquerait de paraître artificielle, s‘il ne s’agissait précisément de soie naturelle. En effet, sans Lyon pas de soieries, sans soieries pas de robe de chambre et sans robe de chambre pas de Wagner. C.Q.F.D.
Bien sûr, ce raisonnement ne tient qu’à un fil mais il fallait quand même y penser, cela va de soie !

Henri Perrier



PRESENTATION






MANIFESTATIONS







DOCUMENTATIONS











DIVERS










Wagneriana acta


Espace membre